Zoom-Zoom+Black contrastBlue contrastWhite contrast
English   Deutsch
Navigation :

Le Dr Fardeau répond à vos questions sur le COVID-19 pour les patients atteints d'uvéite

 

En phase d’épidemie COVID19,

Question : j’ai une uvéite traitée par corticoïdes , est ce que j’arrête ?

Réponse : en effet  les corticoïdes augmentent le risque infectieux, et les mesures barrière enseignées par toutes les médias, lavage soigneux et répétés des mains, distance de plus de 1m50, sont à respecter, ainsi qu’une limitation drastique des rencontres humaines. La meilleure façon de limiter la propagation du Covid19, est de rester chez soi.

L’arrêt des corticoïdes expose à un rebond inflammatoire, à une récidive de l’uvéite, qui peut menacer la vision si l’uvéite est sévère et du coup requerir alors une dose de corticoïdes importante qui va aggraver l’exposition au risque infectieux , alors que nous sommes en phase d’endémie virale.

Mieux vaut ne pas accentuer le risque de recidive de l’uveite actuellement, mieux vaut ne pas arrêtez les corticoïdes. Vous pouvez vous mettre en rapport avec vos médecins ophtalmologistes, internistes, généralistes, qui sont à même d’évaluer avec vous la meilleure balance bénéfice–risque pour vous, et qui pourront adapter les doses pour diminuer le risque infectieux, sans vous exposer à un rebond de l’uvéite.

Si vous présentez des signes infectieux, téléphonez à votre médecin ou au 15.

Question : j’ai une uvéite traitée avec de l’Imurel®, ou du Cellcept®, ou du Methotrexate, ou des anti TNF (adalimumab Humira®, ou biosimilaire Imraldi® …, ou infliximab Remicade® ou biosimilaire Inflectra®…) ou Roactemra®, ou interferon (IFNalpha Roferon®, Pegasys®…) , ou cyclosporine (Neoral®..)…, est ce que j’arrête ?

Réponse : Ces traitements ont été introduits pour effectuer une épargne cortisonique c’est-à-dire pour avoir une dose faible quotidienne de corticoïdes, ou pour la gravité de votre uvéite, ou pour traiter aussi une maladie avec des signes généraux extra-oculaires. Il ne faut pas les arrêter, pour ne pas s’exposer à un rebond inflammatoire, à une récidive d’uvéite ou à des signes inflammatoires extra-oculaires de la maladie systémique, qui obligeraient en phase endémique virale à augmenter corticoïdes et immunosuppresseurs, qui, à forte dose, accentuent le risque infectieux. L’interféron est particulier car il ne provoque pas de diminution des capacités du système immunitaire, a une certaine action antivirale, et donc n’augmente pas du tout le risque infectieux. De plus l’interféron alpha ou beta a été montré efficace sur les oedèmes maculaires récalcitrants.

Pour les autres traitements,  Vous pouvez vous mettre en rapport avec vos médecins ophtalmologistes, internistes, généralistes, qui sont à même d’évaluer avec vous la meilleure balance bénéfice–risque pour vous, et qui pourront adapter les doses pour diminuer le risque infectieux, sans vous exposer à un rebond de l’uvéite.

 

Dr Christine FARDEAU.

 

Retour

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Nos partenaires

Logo Ministère SantéCCMRlogoLogo Hôpitaux Strasbourg